in

Ail plante aux multiples propriétés

L’ail est un véritable allié santé, c’est un Antibiotique, Anti-hypertension, mais aussi antibactérien et hypo-lipémies (abaisse le taux de cholestérol), riche en composés soufrés dont l’allicine … Zoom sur cet aliment particulier et ses bienfaits

Consommé en quantité suffisante au cours d’une journée, l’ail s’avère être une source de quelques nutriments.

Par exemple, un bulbe d’ail (soit environ 40 ml ou 24 g d’ail) représente une bonne source de manganèse et de vitamine B6, ainsi qu’une source de phosphore (voir notre fiche Palmarès des nutriments Phosphore), de fer, de cuivre, de sélénium et de vitamine C.

L’ail contient des composés phytochimiques soufrés, libérés lorsque la gousse est écrasée, broyée ou coupée, qui pourraient aider à la prévention de différents types de cancers, dont ceux du système digestif et des maladies cardiovasculaires. 

– Huiles volatiles sulfureés (alliine, allicine), lire aussi sous Remarques ci-dessous. L’allicine est considéré comme la principale molécule présentant un effet antimicrobien. L’allicine provient de l’ail frais.

Les principes actifs:
– Acides phénols
– Soufre
– Sélénium
– Cuivre
– Vitamines A, C

 

1 bulbe (100 g)

Teneur

% valeur quotidienne

Calories

35 kcal

Glucides

8 g

3%

Fibres alimentaires

1 g

4%

Vitamine C

7,5 mg

8%

Vitamine B6

0,3 mg

18%

Manganèse

0,4 mg

17%

Cancer

Les composés soufrés de l’allicine empêchent la prolifération des cellules cancéreuses et protègent l’organisme de certains potentiels agents cancérigènes. Par ailleurs, les nombreux antioxydants contenus dans l’ail protègent les cellules de l’action délétère des radicaux libres, notamment impliqués dans la survenue de certains cancers essentiellement estomac et intestin.

Infections : rhume, bronchites…

L’ail est connu depuis la nuit des temps pour ses vertus antimicrobiennes et anti-infectieuses. Il serait en particulier utile pour lutter contre le rhume, la bronchite et autres infections saisonnières. Cette petite gousse est donc un précieux allié de l’hiver pour tenir éloigné les virus jusqu’au retour des beaux jours !

Mycoses

L’ail pourrait avoir des bienfaits antifongiques. Il peut par exemple s’utiliser sous forme de pommade à base d’ajoène, un composé de l’ail, pour lutter le pied d’athlète, la mycose qui s’attaque aux pieds qui ont trop “macéré” dans l’humidité de chaussures de sport. 

Maladies neurodégénératives

Selon une étude menée à l’université de Louiseville aux États-Unis, l’ail pourrait bien être une excellente façon de préserver sa mémoire et ses facultés cognitives. Il agirait en renouvelant le microbiote intestinal, cette flore directement connectée au cerveau par le nerf vague. C’est de nouveau un composé soufré qui serait responsable de cet effet bénéfique sur la mémoire.

Bien  choisir l’ail

  • Examinez la tête d’ail qui doit être bien renflée.
  • Pressez-la délicatement entre vos doigts pour vérifier que les gousses sont fermes
  • Evitez les têtes avec de petits germes verts dépassent de la gousse, signe que l’ail n’est plus frais.

L’ail frais se conserve quelques jours dans le bac à légumes du réfrigérateur.

Bien le préparer

L’ail est facile à préparer : il suffit d’ôter les feuilles extérieures et de libérer les gousses. Pour retirer facilement sa peau (ou tunique), coupez la base d’une gousse, puis écrasez-la sur une planche à découper avec le plat d’un couteau. Vous pouvez également passer les gousses 30 secondes au micro-ondes, placées dans un bol avec 3 cuillerées à soupe d’eau. La peau part toute seule.

Bref, la préparation et la consommation  de l’ail se fait à différentes méthode  selon votre désire .

Interactions avec certains médicaments

Les extraits ou suppléments d’ail interagissent avec certains médicaments qui éclaircissent le sang ou qui ont un effet anticoagulant. De la même manière, la consommation de quantités excessives d’ail frais durant la prise de certains médicaments anticoagulants pourrait entraîner un effet additif, augmentant ainsi les risques de saignements. De plus, il est conseillé d’éviter de consommer de l’ail avant une chirurgie afin de diminuer le risque de saignements prolongés. Finalement, chez les personnes prenant des médicaments hypoglycémiants, la consommation de grandes quantités d’ail frais pourrait accentuer l’effet de ces médicaments. De façon générale, la consommation de moins de 4 g d’ail  l’équivalent d’une gousse par jour semble prudente afin d’éviter toute interaction néfaste.

Written by MANHOUCH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sang

Ananas