in

Sang

Ajoutez votre titre ici

Le sang est un fluide qui circule en permanence et qui assure la nutrition, l’oxygène et l’élimination des déchets de l’organisme. Le sang est essentiellement liquide, avec de nombreuses cellules et protéines en suspension, ce qui le rend plus « épais » que l’eau pure. Une personne moyenne a environ 5 litres de sang (plus d’un gallon).

Un liquide appelé plasma constitue environ la moitié du contenu du sang. Le plasma contient des protéines qui aident le sang à coaguler, à transporter des substances dans le sang et à remplir d’autres fonctions. Le plasma sanguin contient également du glucose et d’autres nutriments dissous.

Structure

Les principaux composants du sang sont: 

  • Le plasma représente environ 55 % du liquide sanguin chez l’homme. Le plasma est composé de 92 % d’eau, et le contenu des 8 % restants comprend :

                 ♦ Du glucose
                 ♦ Des hormones
                 ♦ Des protéines
                 ♦ Des sels minéraux
                 ♦ Graisses
                 ♦ Vitamines
Les 45 % restants du sang sont principalement constitués de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes. Chacun de ces éléments a un rôle vital à jouer dans le bon fonctionnement du sang.

Les globules rouges, ou érythrocytes

Les globules rouges ont la forme d’un disque légèrement dentelé et aplati. Ils transportent l’oxygène vers et depuis les poumons. L’hémoglobine est une protéine qui contient du fer et qui transporte l’oxygène jusqu’à sa destination. La durée de vie d’un globule rouge est de 4 mois, et le corps les remplace régulièrement. Le corps humain produit environ 2 millions de globules rouges par seconde.

Le nombre attendu de globules rouges dans une seule goutte (microlitre) de sang est de 4,5 à 6,2 millions chez l’homme et de 4,0 à 5,2 millions chez la femme.

Plaquettes sanguines également appelées thrombocytes)

Les plaquettes sont une partie étonnante de votre sang. Les plaquettes sont les plus petites de nos cellules sanguines et ressemblent littéralement à de petites assiettes dans leur forme non active. Les plaquettes contrôlent les saignements. À chaque fois qu’une blessure se produit, le vaisseau sanguin envoie un signal. Les plaquettes reçoivent ce signal, se déplacent jusqu’à la zone concernée et se transforment dans leur forme « active », en développant de longs tentacules pour entrer en contact avec le vaisseau et former des amas pour boucher la plaie jusqu’à sa guérison.

Plasma

Le plasma est la partie liquide de votre sang. Le plasma est de couleur jaunâtre et se compose principalement d’eau, mais il contient également des protéines, des sucres, des hormones et des sels. Il transporte l’eau et les nutriments vers les tissus de votre corps.

Les globules blancs ou leucocytes

Bien que les globules blancs (leucocytes) ne représentent qu’environ 1 % de votre sang, ils sont très importants. Les globules blancs sont essentiels à une bonne santé et à la protection contre les maladies. Comme les globules rouges, ils sont produits en permanence par votre moelle osseuse. Ils circulent dans la circulation sanguine et attaquent les corps étrangers, comme les virus et les bactéries. Ils peuvent même quitter la circulation sanguine pour étendre leur combat aux tissus.

Formule sanguine complète (CBC)

L’analyse de la formule sanguine complète (NFS) donne à votre médecin des informations importantes sur les types et le nombre de cellules dans votre sang, en particulier les globules rouges et leur pourcentage (hématocrite) ou leur teneur en protéines (hémoglobine), les globules blancs et les plaquettes. Les résultats d’une NFS peuvent permettre de diagnostiquer des affections comme l’anémie, les infections et d’autres troubles. La numération plaquettaire et les tests de coagulation du plasma (temps de prothrombine, temps de thromboplastine partielle et temps de thrombine) peuvent être utilisés pour évaluer les troubles de la coagulation et du saignement.

Votre médecin peut également effectuer un frottis sanguin, qui permet d’examiner vos cellules sanguines au microscope. Dans un frottis sanguin normal, les globules rouges apparaissent comme des cellules régulières et rondes avec un centre pâle. Des variations dans la taille ou la forme de ces cellules peuvent suggérer un trouble sanguin.

D'où viennent les cellules sanguines ?

Les cellules sanguines se développent à partir de cellules souches hématopoïétiques et sont formées dans la moelle osseuse par le processus hautement régulé de l’hématopoïèse. Les cellules souches hématopoïétiques sont capables de se transformer en globules rouges, en globules blancs et en plaquettes. On trouve ces cellules souches en circulation dans le sang et la moelle osseuse de personnes de tous âges, ainsi que dans le cordon ombilical des nouveau-nés. Les cellules souches provenant de ces trois sources peuvent être utilisées pour traiter diverses maladies, notamment la leucémie, le lymphome, l’insuffisance de la moelle osseuse et divers troubles immunitaires.

Les groupes sanguins

Il existe 4 groupes sanguins principaux (types de sang) : A, B, AB et O. Votre groupe sanguin est déterminé par les gènes que vous héritez de vos parents.

Chaque groupe peut être soit RhD positif, soit RhD négatif, ce qui signifie qu’il existe au total 8 groupes sanguins.

Anticorps et antigènes

Le sang est composé de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes dans un liquide appelé plasma. Votre groupe sanguin est identifié par les anticorps et les antigènes présents dans le sang.

Les anticorps sont des protéines présentes dans le plasma. Ils font partie des défenses naturelles de votre corps. Ils reconnaissent les substances étrangères, comme les germes, et alertent votre système immunitaire, qui les détruit.

Les antigènes sont des molécules protéiques présentes à la surface des globules rouges.

Le système ABO

Il existe 4 groupes sanguins principaux définis par le système ABO :

groupe sanguin A – antigènes A sur les globules rouges avec anticorps anti-B dans le plasma
groupe sanguin B – antigènes B et anticorps anti-A dans le plasma
groupe sanguin O – sans antigènes, mais avec des anticorps anti-A et anti-B dans le plasma
groupe sanguin AB : antigènes A et B, mais pas d’anticorps.
Le groupe sanguin O est le groupe sanguin le plus courant. Près de la moitié de la population britannique (48 %) est de groupe sanguin O.

Recevoir du sang d’un groupe ABO incorrect peut mettre la vie en danger. Par exemple, si une personne de groupe B reçoit du sang de groupe A, ses anticorps anti-A attaqueront les cellules de groupe A. C’est pourquoi il ne faut jamais donner de sang de groupe A.

C’est pourquoi il ne faut jamais donner de sang du groupe A à une personne qui a du sang du groupe B et vice versa.

Comme les globules rouges du groupe O n’ont pas d’antigènes A ou B, ils peuvent être donnés en toute sécurité à n’importe quel autre groupe.

Le système Rh

Les globules rouges possèdent parfois un autre antigène, une protéine connue sous le nom d’antigène RhD. Si elle est présente, votre groupe sanguin est RhD positif. S’il est absent, votre groupe sanguin est RhD négatif.

Cela signifie que vous pouvez appartenir à l’un des 8 groupes sanguins :

A RhD positif (A+)
A RhD négatif (A-)
RhD B positif (B+)
B RhD négatif (B-)
O RhD positif (O+)
O RhD négatif (O-)
AB RhD positif (AB+)
AB RhD négatif (AB-)
Environ 85 % de la population britannique est RhD positif (36 % de la population a O+, le type le plus courant).

Dans la plupart des cas, le sang RhD négatif (O-) peut être donné sans risque à n’importe qui. Il est souvent utilisé en cas d’urgence médicale, lorsque le groupe sanguin n’est pas immédiatement connu.

Il est sûr pour la plupart des receveurs car il ne présente aucun antigène A, B ou RhD à la surface des cellules et il est compatible avec tous les autres groupes sanguins ABO et RhD.

Test de groupe sanguin

Pour déterminer votre groupe sanguin, on mélange vos globules rouges avec différentes solutions d’anticorps. Si, par exemple, la solution contient des anticorps anti-B et que vous avez des antigènes B sur vos cellules (vous êtes du groupe sanguin B), le sang s’agglutinera.

Si le sang ne réagit à aucun des anticorps anti-A ou anti-B, il est du groupe sanguin O. Une série de tests avec différents types d’anticorps peut être utilisée pour identifier votre groupe sanguin.

Si vous avez une transfusion sanguine – c’est-à-dire si le sang est prélevé sur une personne et donné à une autre – votre sang sera testé par rapport à un échantillon de cellules du donneur qui contient les antigènes ABO et RhD. S’il n’y a pas de réaction, le sang du donneur, de même type ABO et RhD, peut être utilisé.

Grossesse

Les femmes enceintes sont toujours soumises à un test de groupe sanguin. En effet, si la mère est RhD négatif mais que l’enfant a hérité du sang RhD positif du père, cela peut entraîner des complications si ce n’est pas traité.

Les femmes RhD-négatives en âge de procréer ne doivent toujours recevoir que du sang RhD-négatif.

Le système RH
Il existe 5 antigènes Rh principaux sur les globules rouges – C, c, D, E, e.

Le plus important d’entre eux est le Rh D. La présence de l’antigène D sur le globule rouge vous donne le positif (+) et son absence vous donne le négatif (-) après la lettre A, B, AB ou O.

L’antigène D est le plus immunogène, c’est-à-dire qu’il provoque une réponse immunitaire qui le rend le plus susceptible de provoquer une réaction transfusionnelle chez le receveur.

Pour éviter les réactions transfusionnelles indésirables et la production d’allo-anticorps, les filles Rh D négatif et les femmes en âge de procréer ne doivent pas être transfusées avec des globules rouges Rh D positif, sauf en cas d’urgence.

Les allo-anticorps produits par la transfusion de sang Rh D positif à des femmes Rh D négatif, ou à la suite d’événements spécifiques pendant la grossesse, peuvent provoquer une maladie hémolytique du fœtus et du nouveau-né (HDFN).

La maladie hémolytique du fœtus et du nouveau-né survient lorsque, lors d’une transfusion ou d’une grossesse antérieure, un allo-anticorps présent dans le sang de la mère traverse le placenta et se fixe sur les globules rouges du fœtus. Les globules rouges du fœtus sont alors détruits, ce qui provoque une anémie, appelée anémie hémolytique.

77 % de nos donneurs ont l’antigène D sur leurs globules rouges et sont D positifs.

Les 23 % restants n’ont pas l’antigène D et sont D négatifs. (Source : NHS Blood and Transplant ; base de donneurs actifs, décembre 2016).

En plus de D, le système de groupe sanguin Rh comporte également des gènes CE.

CE produit quatre combinaisons : ce, Ce, cE ou CE.

Les phénotypes de Rh CE et Rh D les plus fréquents sont Dce, cde, DCe, dCe, DcE, dcE, DCE et dCE.

Parfois, nous communiquons spécifiquement avec des groupes de donneurs qui présentent des phénotypes particuliers, comme ceux qui ont le sous-type ou le phénotype Dce ou Ro. Si le sang Ro est rare chez les Européens blancs, il est beaucoup plus fréquent chez les Africains noirs et les Afro-Caribéens.

Le phénotype Ro est plus de 10 fois plus susceptible d’être trouvé chez les personnes d’origine noire que chez les personnes d’origine blanche. On le trouve très fréquemment chez les patients atteints de drépanocytose.

Le sang Ro est nécessaire pour les patients qui présentent le sous-type Ro. Cela permet d’assurer la compatibilité la plus étroite possible pour les patients et de réduire la probabilité qu’ils développent des allo-anticorps.

L’allo-immunisation est exacerbée par les différences dans la répartition des groupes sanguins entre les patients atteints de drépanocytose et la population des donneurs de sang, essentiellement blanche et européenne.

Une proportion importante de patients atteints de drépanocytose et de thalassémie présente le phénotype Ro cDe, qui est rare chez les donneurs d’origine européenne. Ces groupes de patients nécessitent des transfusions sanguines permanentes, d’où l’importance de regrouper et de typer les donneurs de manière plus extensive (phénotype étendu). Les transfusions de globules rouges pour ces patients doivent être appariées pour ABO, D, C, E c, e et Kell.
Avec l’augmentation de la demande de dons de Ro, il est important que nous poursuivions notre travail avec la communauté noire pour faire en sorte que le nombre de donneurs noirs s’inscrivant et donnant leur sang augmente.

.

Le don de sang

La plupart des gens sont capables de donner du sang, mais seulement 1 personne sur 25 le fait réellement. Vous pouvez donner votre sang si vous

vous êtes en forme et en bonne santé
vous pesez au moins 50 kg (7st 12lb)
vous avez entre 17 et 66 ans (ou 70 ans si vous avez déjà donné du sang)
avez plus de 70 ans et avez donné votre sang au cours des deux dernières années.

Maladies du sang

♦ Hémorragie (saignement) : Le sang qui s’écoule des vaisseaux sanguins peut être évident, comme dans le cas d’une blessure pénétrant la peau. Une hémorragie interne (par exemple dans les intestins ou après un accident de voiture) peut ne pas être immédiatement apparente.
♦ Hématome : accumulation de sang à l’intérieur des tissus du corps. Une hémorragie interne provoque souvent un hématome.
♦ Leucémie : Une forme de cancer du sang, dans lequel les globules blancs se multiplient anormalement et circulent dans le sang. Les globules blancs anormaux font en sorte qu’il est plus facile de contracter des infections que la normale.
♦ Myélome multiple : Une forme de cancer du sang des plasmocytes similaire à la leucémie. L’anémie, l’insuffisance rénale et un taux élevé de calcium dans le sang sont fréquents dans le cas du myélome multiple.
♦ Lymphome : Forme de cancer du sang dans lequel les globules blancs se multiplient anormalement à l’intérieur des ganglions lymphatiques et d’autres tissus. Le grossissement des tissus et la perturbation des fonctions du sang peuvent éventuellement provoquer une défaillance des organes.
♦ Anémie : Un nombre anormalement bas de globules rouges dans le sang. La fatigue et l’essoufflement peuvent en résulter, bien que l’anémie ne provoque souvent aucun symptôme perceptible.
♦ Anémie hémolytique : Anémie causée par l’éclatement rapide d’un grand nombre de globules rouges (hémolyse). Un dysfonctionnement du système immunitaire en est l’une des causes.
♦ Hémochromatose : Trouble entraînant une concentration excessive de fer dans le sang. Le fer se dépose dans le foie, le pancréas et d’autres organes, provoquant des problèmes de foie et de diabète.
♦ Drépanocytose : Une maladie génétique dans laquelle les globules rouges perdent périodiquement leur forme correcte (ressemblant à des faucilles plutôt qu’à des disques). Les cellules sanguines déformées se déposent dans les tissus, provoquant des douleurs et des dommages aux organes.
♦ Bactériémie : Infection bactérienne du sang. Les infections sanguines sont graves et nécessitent souvent une hospitalisation et une perfusion continue d’antibiotiques dans les veines.
♦ Paludisme : Infection des globules rouges par le Plasmodium, un parasite transmis par les moustiques. Le paludisme provoque des fièvres épisodiques, des frissons et éventuellement des lésions organiques.
♦ Thrombocytopénie : Nombre anormalement bas de plaquettes dans le sang. Une thrombocytopénie sévère peut entraîner des saignements.
♦ Leucopénie : Nombre anormalement bas de globules blancs dans le sang. La leucopénie peut entraîner des difficultés à combattre les infections.
Coagulation intravasculaire disséminée  ♦ (CIVD) : Processus incontrôlé de saignement et de coagulation simultanés dans de très petits vaisseaux sanguins. La CIVD résulte généralement d’infections graves ou d’un cancer.
♦ Hémophilie : Déficit héréditaire (génétique) de certaines protéines de coagulation du sang. L’hémophilie peut provoquer des saignements fréquents ou incontrôlés.
♦ État d’hypercoagulation : De nombreuses conditions peuvent entraîner une tendance à la coagulation du sang. Une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou des caillots sanguins dans les jambes ou les poumons peuvent en résulter.
♦ Polycythémie :  Nombre anormalement élevé de globules rouges dans le sang. La polyglobulie peut résulter d’un faible taux d’oxygène dans le sang ou se manifester sous la forme d’une affection cancéreuse.
♦ Thrombose veineuse profonde (TVP) : Un caillot de sang dans une veine profonde, généralement dans la jambe. Les TVP sont dangereuses car elles peuvent se déloger et se déplacer vers les poumons, provoquant une embolie pulmonaire (EP).
♦ Infarctus du myocarde (IM) : Communément appelé crise cardiaque, l’infarctus du myocarde survient lorsqu’un caillot de sang se développe soudainement dans l’une des artères coronaires, qui alimentent le cœur en sang.

Tests sanguins

Formule sanguine complète : Analyse de la concentration de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes dans le sang. Des compteurs de cellules automatisés effectuent ce test.
♦ Frottis sanguin : Des gouttes de sang sont étalées sur une lame de microscope, pour être examinées par un expert dans un laboratoire. Le frottis sanguin permet d’identifier la leucémie, l’anémie, le paludisme et de nombreuses autres maladies du sang.
♦ Groupe sanguin : Un test de compatibilité avant de recevoir une transfusion sanguine. Les principaux groupes sanguins (A, B, AB et O) sont déterminés par les marqueurs protéiques (antigènes) présents à la surface des globules rouges.
♦ Test de Coombs : Un test sanguin recherchant des anticorps qui pourraient se lier aux globules rouges et les détruire. Les femmes enceintes et les personnes anémiques peuvent subir un test de Coombs.
♦ Hémoculture : Un test sanguin recherchant une infection présente dans la circulation sanguine. Si des bactéries ou d’autres organismes sont présents, ils peuvent se multiplier dans le sang testé, ce qui permet de les identifier.
♦ Étude des mélanges : Une analyse de sang visant à identifier la raison pour laquelle le sang est « trop fluide » (anormalement résistant à la coagulation). Le sang du patient est mélangé dans un tube avec du sang normal, et les propriétés du sang mélangé peuvent fournir un diagnostic.
♦ Biopsie de la moelle osseuse : une aiguille épaisse est insérée dans un gros os (généralement dans la hanche) et la moelle osseuse est prélevée pour être analysée. La biopsie de la moelle osseuse peut permettre d’identifier des pathologies sanguines que les simples analyses de sang ne peuvent pas identifier.

Traitements du sang

♦ Chimiothérapie : Médicaments qui tuent les cellules cancéreuses. Les leucémies et les lymphomes sont généralement traités par chimiothérapie.
♦ Transfusion sanguine : Les globules rouges d’un donneur de sang sont séparés de son plasma et emballés dans un petit sac. La transfusion des globules rouges concentrés à un receveur remplace la perte de sang.
♦ Transfusion de plaquettes : Les plaquettes d’un donneur de sang sont séparées du reste du sang et concentrées dans un sac en plastique. La transfusion de plaquettes n’est généralement effectuée que lorsque le nombre de plaquettes tombe à un niveau très bas.
♦ Plasma frais congelé : Le plasma (sang liquide) d’un donneur de sang est séparé des cellules sanguines, puis congelé pour être conservé. La transfusion de plasma peut améliorer la coagulation du sang et prévenir ou arrêter les saignements dus à des problèmes de coagulation.
♦ Cryoprécipité :: Des protéines spécifiques sont séparées du sang et congelées dans un petit volume de liquide. La transfusion de cryoprécipité peut remplacer des protéines spécifiques de la coagulation du sang lorsque leurs niveaux sont faibles, comme chez les personnes atteintes d’hémophilie.
 Anticoagulation : Médicaments destinés à « fluidifier » le sang et à empêcher la coagulation chez les personnes présentant un risque élevé de caillots sanguins. L’héparine, l’énoxaparine (Lovenox) et la warfarine (Coumadin) sont les médicaments les plus souvent utilisés.
Les médicaments antiplaquettaires : L’aspirine et le clopidogrel (Plavix) interfèrent avec la fonction plaquettaire et aident à prévenir les caillots sanguins, y compris ceux qui provoquent des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux.
♦ Antibiotiques : Les médicaments qui tuent les bactéries et les parasites peuvent traiter les infections sanguines causées par ces organismes.
♦ Érythropoïétine : Une hormone produite par le rein qui stimule la production de globules rouges. Une forme manufacturée d’érythropoïétine peut être administrée pour améliorer les symptômes de l’anémie.
♦ Hémorragie : Chez les personnes souffrant de problèmes causés par un excès de sang (comme dans le cas d’une hémochromatose ou d’une polyglobulie), il peut être nécessaire de procéder occasionnellement à une extraction contrôlée du sang.

Written by MANHOUCH

Estomac Anatomie, Physiologie, Pathologies, Soin

Ail plante aux multiples propriétés